Lettrafénelon     Français

 

Période 4:l'épopée de Gilgamesh

 

     CE QU'IL FAUT SAVOIR,

     en culture générale : l'épopée de Guilgamesh, la plus ancienne épopée connue

                                                             quelques informations essentielles sur l'épopée
                                                 de Guilgamesh

                                                 la notion de héros

                                                 l'épopée et le combat épique

                                                 la notion d'hybris

                                                 une figure de style : l'anaphore

                                                 le registre pathétique

                                                 la notion de voyage initiatique

                                                 l'épisode du déluge

                                               

     en langue française : les fonctions par rapport au verbe

                                                le sujet

                                                les compléments d'objet

                                                les compléments circonstanciels

                                                étude spécifique des adverbes

       
       RESSOURCES, 

     boîte à images
    
       site internet  
     lectures        

 

 

          L'épopée de Guilgamesh est la plus ancienne légende écrite qui nous soit parvenue. C'est un long
       poème qui raconte l'histoire d'un héros légendaire : Guilgamesh, roi d'Ourouk, cité qui se trouve au sud
      de la Mésopotamie, l'actuel Irak. Cette épopée s'est d'abord transmise oralement puis par écrit, en écriture
      cunéïforme, sur des tablettes d'argile.

          Guilgamesh est bien un héros dans le sens antique du mot, à la fois homme et dieu. Il est hors du
      commun par sa force, c'est un roi tout-puissant. Mais il est plein de défauts ce qui le différencie des héros
      des contes. En effet, il est très orgueilleux.


           Les épopées montrent les héros dans des combats qui mettent en valeur leur force et leurs qualités
      surhumaines, grâce à des figures de style (champs lexicaux, comparaisons et métaphores) mélioratives
      qui forment le registre épique .
      Les combats épiques font intervenir des adversaires plus puissants que le héros (forces naturelles,
      monstres, adversaires nombreux) et des éléments qui appartiennent au merveilleux (qui sont des adjuvants
      ou des opposants au héros). Il s'agit ainsi de montrer la supériorité du héros épique.

          Guigamesh et Enkidou ont commis deux fois de suite la même faute : s'attaquer à une divinité, c'est-à-dire
      qu'ils se sont par deux fois montrer irrespectueux envers les dieux. Aussi les dieux vont punir les deux
      personnages. Les Grecs de l'antiquité appellent cet orgueil démesuré : l'hybris.

          L'anaphore est une figure de style qui consiste à répéter un mot ou un groupe de mot en début de phrase
      ou de paragraphe, ou en début de vers ou de strophe. La répétition crée un effet d'insistance et donne de
      l'ampleur au texte.

          Quand le héros fait l'expérience de la douleur dans l'épopée, la douleur fait évoluer le personnage qui   
      jusque-là n'était guidé que par son orgueil. C'est le cas de Guilgamesh devant le cadavre d'Enkidou, c'est
      le cas aussi d'Achille devant le cadavre de Patrocle. L'épopée comporte alors des moments d'émotion qui       appartiennent au registre pathétique.

           On appelle voyage initatique un périple au cours duquel le personnage va apprendre qui il est, grâce aux
      épreuves qu'il va surmonter et aux rencontres qu'il va faire. Guilgamesh va apprendre à accepter sa condition
      d'être humain mortel et il va aussi apprendre à assumer ses responsabilités et ses devoirs de roi à l'égard
      de son peuple. Alors qu'il était au départ orgueilleux et égoïste, au contact des épreuves physiques et morales,
      de la douleur du deuil et de la déception des échecs, il apprend l'humilité et la générosité, c'est-à-dire la sagesse.

          L'épopée de Guilgamesh présente la plus ancienne version du Déluge que nous connaissions. La Bible s'en
      est donc inspirée ainsi que d'autres mythologies et d'autres textes fondateurs.

          

          Le sujet et le verbe sont les éléments principaux de la phrase.

     - Le verbe s'accorde en personne et en nombre avec le sujet.

     - On peut trouver le sujet dans la phrase en utilisant l'expression : c'est ... qui, ce sont ...qui.

      Ex : Guilgamesh est le héros d'une épopée.    C'est Guilgamesh qui est le héros d'une épopée.
       On peut également trouver le sujet en posant la question : Qui est-ce qui ? Qu'est-ce qui ?

     - Le sujet est généralement placé avant le verbe. Quand il est placé après, le sujet est appelé : sujet inversé.
       Le sujet est obligatoirement inversé dans les cas suivants :
           - dans les propositions interrogatives en langage soutenu.
              Ex : Veux-tu lire l'Épopée de Guilgamesh ?
           - dans les phrases incises ( elles précisent dans un dialogue qui parle et de quelle manière).
              Ex : Tu t'intéresses à l'Antiquité , s'étonna-t-il.
           - après quelques adverbes comme ainsi, peut-être, à peine, sans doute ...
              Ex : Peut-être as-tu raison.

        
  Ne pas confondre un COD et un sujet inversé.
                             
      Le sujet peut être :
          - un nom propre, un nom commun, un groupe nominal
            Ex : Ninsuna protège Gilgamesh.  
                  La déesse protège Gilgamesh.
                  La déesse Ninsuna est la mère de Gilgamesh.
          - un pronom personnel, un pronom démonstratif, un pronom possessif ...
            Ex : Elle protège Gilgamesh.
                   Celle-ci protège Gilgamesh.
                   Les héros remportent de nombreuses victoires. Les siennes font de Gilgamesh un héros mythique.
          - un infinitif, un groupe infinitif.
            Ex : Se battre apporte la gloire aux héros de l'Antiquité.
                   Affronter Houmbaba apportera la gloire à Gilgamesh et Enkidou.

 

           Les compléments d'objet direct et indirect sont des compléments essentiels des verbes transitifs,
      c'est-à-dire qu'on ne peut pas les supprimer.
          - Le complément d'objet direct
est relié directement au verbe (sans préposition).
            Ex : Gilgamesh affronte Houmbaba.
          - Le complément d'objet indirect est relié au verbe grâce à une préposition; il complète les verbes
            transitifs indirects.
            Ex : Gilgamesh se souvient de son ami Enkidou.

      Le complément d'objet direct peut être :
          - un nom propre, un nom commun, un groupe nominal     
            Ex : Gilgamesh affronte Houmbaba.
                   Gilgamesh affronte le monstre.
                   Gilgamesh affronte le monstre de ma forêt des cèdres.                                                         
          - un pronom personnel, un pronom démonstratif, un pronom possessif ...
            Ex : Gilgamesh l'affronte.
                   Gilgamesh affronte celui-ci.
                   Gilgamesh a une grande détermination. Enkidou
          - un infinitif, un groupe infinitif
             Ex : Gilgamesh veut se battre.
                    Gilgamesh veut affronter Houmbaba.
          - une proposition subordonnée conjonctive
             Ex : Gilgamesh voudrait qu'Enkidou guérisse.

      Le complément d'objet indirect peut être :      
          - un groupe nominal prépositionnel
             Ex : Enkidou doute de son courage.
          - un pronom personnel, un pronom démonstratif, un pronom possessif ...
             Ex : Enkidou en doute.
                    Enkidou doute de celui-ci.
                    Enkidou doute du sien.

          - un groupe infinitif prépositionnel
             Ex : Enkidou doute de pouvoir vaincre Houmbaba.
          - une proposition subordonnée conjonctive
             Ex : Gilgamesh veille à ce qu'Enkidou soit bien soigné.
 

  

      Le complément d'objet second (COS) n'est pas un complément essentiel du verbe (on peut le supprimer). 
      C'est un second complément d'objet d'un verbe transitif qui possède déjà un COD ou bien un COI
. Il est  
      introduit par une préposition. On peut le placer avant ou après le COD ou le COI.
        
      Ex :

Gilgamesh
apporte
son aide
à Enkidou
sujet
verbe
COD
COS

        

Gilgamesh
parle
de ses exploits
à Enkidou
sujet
verbe
COI
COS

       On peut dire aussi : Gilgamesh apporte à Enkidou son aide .
                                      Gilgamesh parle à Enkidou de ses exploits.

      Le COS peut être
          - un groupe nominal prépositionnel
            Ex : Gilgamesh apporte son aide à son ami.
          - un pronom personnel, démonstratif, possessif ...
             Ex : Gilgamesh lui apporte son aide.
                    Gilgamesh apporte son aide à celui-ci.
                    Gilgamesh apporte son aide au sien.


           Les pronoms personnels qui sont COD, COI ou COS sont placés le plus souvent avant
      le verbe et se construisent sans préposition. Attention à ne pas confondre un article défini et un pronom
      personnel complément.  
        
      Ex :

Gilgamesh
la
lui
apporte
sujet
COD
COS
verbe

 

 

Gilgamesh
lui
en
parle
sujet
COS
COI
verbe

 

          Les compléments circonstanciels ne sont pas des compléments essentiels du verbe. On peut le plus
      souvent les déplacer ou les supprimer.
 Ils indiquent les circonstances de l'action et ainsi apportent des
      précisions, par exemple, sur :
     - le temps : la date : quand ?   
                       la durée : combien de temps ?  
                       la fréquence : combien de fois ?
     - le lieu : la localisation : où ?
                   l'origine : d'où ?
                   la direction : vers où ? vers quoi ?
     - la manière : comment ? de quelle façon ?
     - le moyen : au moyen de quoi ? grâce à quoi ?
         
      Le complément circonstanciel peut être 
        - un nom commun, un groupe nominal, un goupe nominal prépositionnel    
           Ex :  Le voyage de Gilgamesh dura des jours. (temps)    
                   Le voyage de Gilgamesh dura de longs mois. (temps) 
                   Gilgamesh domina Houmbaba grâce à son courage. (moyen)  
         - un pronom : en, y
           Ex : Les forêts étaient éloignées d'Ourouk, il fallait un long voyage pour y parvenir.(lieu)
                  Gilgamesh resta longtemps dans la chambre d'Enkidou; il ne voulait pas en partir. (lieu)
         - un groupe infinitif prépositionnel
           Ex : Pour vaincre Houmbaba, Gilgamesh et Enkidou durent faire appel à tout leur courage.
         - une proposition subordonnée conjonctive
           Ex : Quand il vit Enkidou étendu sans vie, Gilgamesh sombra dans le désespoir.(temps)

 

 

              

 

 

   Lettrafénelon     Français