Lettrafénelon     Littérature     Les méthodes
    

 

La dissertation

 

     Le travail préparatoire
      La rédaction de la dissertation

  
     La dissertation est un exercice écrit de réflexion et d'argumentation sur un sujet littéraire, lié à un ou
      deux objets d'étude ( du programme de Première) et illustré - en partie - par le corpus. La dissertation requiert
      de mobiliser des savoirs méthodologiques, des qualités d'analyse et une culture personnelle.

            Le sujet peut prendre la forme d'une citation, d'une question ou d'une affirmation à commenter ou à discuter.
      Il propose une question d'ordre littéraire, soulève un problème ou un débat que la problématique doit éclairer et       expliciter. Le développement expose ensuite et analyse plusieurs facettes du problème.

            Le travail préparatoire

     - La première étape est l'analyse méthodique et précise du sujet. Il ne faut pas avoir peur d'y passer du temps. 
                           -  analyse des termes et mots-clés du sujet et de la consigne
                           -  reformulation du ou des problèmes posés
                           -  délimitation des domaines concernés ( thème, genre, époque, registre)
                           -  mise en rapport du sujet avec l'objet d'étude

     - Le sujet peut prendre trois formes différentes :
                           -  une citation. Chaque mot a son importance. Il faut donc les définir, les expliquer, les
                              questionner, les confronter. Il faut être attentif au vocabulaire, au registre, à l'énonciation et
                              aux figures de style utilisés
                           -  une question. Il ne s'agit pas forcément de répondre à la question mais d'expliquer et d'illustrer                                pourquoi cette question se pose. Il faut donc mettre en question la question !
                           -  une affirmation. Il faut expliciter les fondements de cette affirmation, en préciser les limites,                               s'interroger sur sa validité. Il ne faut donc pas obligatoirement considérer l'affirmation comme
                              une vérité qui ne peut pas être discutée.

     - Le corpus va alors être le support principal de recherche d'idées-arguments et d'illustrations liées au sujet.
       Il faut toujours avoir à l'esprit que les documents du corpus ont été rassemblés pour constituer la base de
       réflexion essentielle à l'explicitation de la problématique, autrement dit des enjeux du sujet.
       C'est donc à partir de l'analyse du sujet, de sa confrontation avec les connaissances que vous possédez  
       sur l'objet d'étude et les liens que vous établissez avec les documents du corpus, que se définit la        problématique
.

     - La seconde étape consiste à élaborer le plan. Celui-ci est fonction de ce qui est demandé dans l'intitulé.
       S'il s'agit de développer et d'expliquer le point de vue proposé par le sujet ou bien de démontrer la justesse de
       ce point de vue, le plan est thématique ou analytique.
       
S'il s'agit de discuter un point de vue ou d'exprimer une opinion, le plan est dialectique.

Plan thématique ou analytique
plan dialectique
  Types de sujet qui impliquent une
  explication
  Types de sujet qui impliqent une
  discussion
  Il faut d'abord expliquer pourquoi
  la question se pose et en quels
  termes elle se pose.
  Il s'agit d'envisager plusieurs points
  de vue possibles, donc d'être capable
  de s'extraire de sa propre opinion
  Puis il faut classer les différents   
  éléments d'explication, du plus
  simple ou plus complexe.

  Le déroulement du plan dialectique
  est très codifié :
  - la thèse consiste à développer le
  point de vue proposé par le sujet  
  (expliciter, expliquer, illustrer)
  - l'antithèse consiste à montrer les
  limites de la thèse en envisageant un
  autre point de vue (expliciter,
  illustrer)
  - la synthèse a pour objectif de
  dépasser les deux points de vue
  particuliers développés dans la thèse
  et l'antithèse et d'élargir la réflexion
  en donnant une nouvelle définition
  des termes du débat, ce qui revient
  à répondre à la problématique
  posée en introduction

  Les exemples sont à prendre dans le corpus, dans les textes étudiés au cours
  de l'année et dans votre culture personnelle.

    

           La rédaction de la dissertation  

     L'introduction se rédige en un seul paragraphe et suit l'ordre suivant :
           - l'évocation de l’objet d’étude à travers la perspective du sujet proposé
           - la présentation du sujet (s'il s'agit d'une citation d'une longueur raisonnable par rapport à la taille d'une              introduction, il faut la reproduire in extenso entre guillemets et en citant son auteur quand il est précisé.
             Au cas où elle serait trop longue, il faut en extraire les passages essentiels et les citer entre guillements
             en veillant à la cohérence des extraits entre eux. En revanche, si le sujet est proposé sous la forme d'une
             question ou d'une affirmation, il est préférable de le reformuler, en veillant à la précision du vocabulaire.
           - la problématisation du sujet
           - l'annonce du plan

      Le développement se compose de deux ou trois parties pour le plan thématique ou analytique et
      obligatoirement de trois parties pour le plan dialectique. Chaque partie se compose d' :
            - une phrase d’introduction ( qui prend la forme d'un mini-paragraphe) annonçant les sous-parties de
              la partie
            - 2 ou 3 sous-parties ( une sous-partie = 1 paragraphe)
            - une conclusion partielle (rédigée en un seul paragraphe). Elle relie les parties entre elles, se compose
              d’une partie conclusive (elle conclut la partie qui vient d’être faite) et d’une partie introductive
              (elle annonce la partie suivante). La dernière partie du devoir ne comporte pas de conclusion partielle
              puisqu'il n'y a pas de nouvelle partie à introduire.
       

                              Chaque sous-partie se compose d’
                              - une idée-argument
                              - un exemple tiré du corpus, d’œuvres vues en classe ou de lectures personnelles (introduits
                                de manière rédigée, et, pour les citations, munis de guillemets et de leurs références
                                d'auteur et de lignes - en ce qui concerne les textes du corpus -)
                              - l’analyse de l’exemple


      La conclusion générale se rédige en un seul paragraphe, elle fait :
             - le bilan de chacune des parties (il faut alors se servir de ce qui a été dit dans les conclusions partielles,
               en le reformulant pour ne pas créer un effet de redite maladroit et ajouter alors une conclusion pour la                dernière partie du développement qui n'avait pas bénéficié d'une conclusion partielle)
           ( - On peut proposer une ouverture par rapport à une problématique liée à celle qui a été traitée dans le
               développement. Ceci est difficile à faire et n'est pas obligatoire. Aussi il convient d'être prudent et de
               ne se lancer qu'avec certitude)

 

    Lettrafénelon     Littérature     Les méthodes